• Notre histoire

Il était une fois...

Pra Loup la perle blanche des Alpes du Sud

Située dans le département des Alpes-de-Haute-Provence (04), et joyau de la commune d’Uvernet-Fours à tout juste 3 min de Barcelonnette dans la vallée de l’Ubaye au croisement de cols prestigieux, tels que la Cayolle (2240m), le col d’Allos (2247 m), et celui de Restefond-la Bonnette (2715 m) le plus haut d’europe…

L’étymologie de Pra Loup

Contraction de Pra, Pro et lovin, dérivée d’une forme patoise Pralovin, maisons isolées en clairière et du latin lupinus, « pré au loup », loup venant lui-même de olim le Lau, hameau. Par conséquent : Pra Loup signifie « pré cultivé pour le foin, pâturage ». Les habitants de Pra Loup se nomment  les Pra Loupiens.

Du hameau à la station de ski... une même histoire

Séparé par 100 m de dénivelé, Pra Loup 1500 ou le hameau des Molanès, existait déjà en -900 av J-C. Des bergers ligures venant des rives de la Méditerranée, à la suite de leur troupeaux en quête d’herbe fraîche s’y fixèrent et donnèrent naissance à des peuplades à peu près sauvages se nourrissant du lait de leur brebis, du produit de la chasse et vivant dans des cabanes rustiques couvertes de chaume.

Au 12ème siècle, les moines chalaisiens venus du Laverq construisirent 4 bâtiments autrefois associés : l’église, l’école, le prieuré et le presbytère.

Du 14ème au 17ème siècle des fermes et auberges se construisent, le pastoralisme se développe.

La Malune, premier hameau en allant vers les Agneliers était peuplé jusqu’en 1920 par deux familles, mais ne s’est hélas pas étendu en raison du manque d’eau. Bien que ses habitants aient trouvé un système ingénieux et archaïque à la fois pour capter une maigre source : en construisant une canalisation en bois de 500m avec des troncs d’arbres creusés : « le bournéous » visible au musée de la vallée de Jausiers. 

Honoré Bonnet au centre dessinant le tracé du téléski de Peguieou à Pra Loup

50 ans de ski

Sur Pra Loup 1600, on comptait une seule ferme habitée jusqu’au moment de la guerre de 1914 : l’auberge de Pra Loup, qui vivait en complète autarcie avec son moulin et son four.

A la fin des années 50, Pierre Grouès, médecin philanthrope, eut l’idée de créer une station de ski pour développer l’attractivité du village. Pour cela, il s’est entouré des meilleurs spécialistes du moment : Emile Allais, célèbre skieur alpin français et Honoré Bonnet, illustre entraîneur de l’équipe de France de ski alpin.

En 1960, la station prend forme. Au lieu des 3 000 lits que devaient compter la station, Honoré Bonnet propose une capacité de 10 000 lits pour des raisons de rentabilité. Du sommet de Pegueiou, il trouve le terrain propice et repère également une possibilité par le vallon des Agneliers qui deviendra par la suite la liaison avec la Foux d’Allos, inaugurée en 1977.

Sous l’impulsion de Michel Lantelme, alors Maire d’Allos et de Bruno Vaginay, alors Maire d’Uvernet Fours, cet espace skiable de très large envergure est l’un des plus grands des Alpes du Sud.

Ainsi, Pra Loup et le Val d’Allos sont entrés dans le club très fermé des stations dites « grands domaines » qui seuls offrent la pratique ski aux pieds sur plus de 180 km de pistes s’appelant « l’Espace Lumière ».

Ensoleillement et enneigement

Deux éléments essentiels caractérisent ce site privilégié : ensoleillement et enneigement !

Le plan d’urbanisme a d’emblée prévu un respect en volume et hauteur afin que chaque résidence bénéficie de la vue et de l’ensoleillement.

Pra Loup s’est constituée avec un front de neige face aux pistes, les voies d’accès et de déplacements ne recoupant jamais les remontées mécaniques et les itinéraires de descente.

Les premiers investissements de la décennie sur le domaine se chiffrent à 500 millions de francs pour 45 kilomètres de pistes balisées :

13 téléskis et 2 télécabines dont celle de Costebelle inaugurée le 13 décembre 1965.

Les capitaux des investisseurs proviennent par ordre décroissant du Mexique, de Paris, d’Aix en Provence – Marseille, d’Afrique du Nord et des Alpes du Sud.
 
Au cours des années 70, de nombreux hôtels classés complètent le développement ambitieux ; la capacité d’hébergement passe de 4500 lits touristiques en 1970 à 9000 en 1976 avec l’aménagement du  hameau des Molanès qui débute au début de l’été 1973.

L'espace lumière

L'Espace Lumière

Les stations de Pra Loup et de la Foux d’Allos décident d’accomplir un projet vieux de 16 ans : rentrer dans le top 10 des espaces skiables français et occuper la 1ère place des Alpes du Sud. A la fin de l’automne 1976, les travaux d’aménagement au hameau des Agneliers sont en cours d’achèvement avec l’implantation de téléskis et télésièges.

Un grand domaine est inauguré le 10 janvier 1977, reliant les deux stations : 127 km de pistes skis aux pieds dans un décor neigeux, grandiose et sauvage. Pour 42 francs la journée, la balade entraîne les skieurs à travers « les trois vallées du soleil » : Verdon, Agneliers, Ubaye.

Avec ces atouts, Pra Loup est adoptée par une clientèle particulièrement aisée. Il n’en faut guère plus pour que la station  soit surnommée  la « Megève des Alpes du Sud ».

Les séjours sont luxueux et festifs, les ambiances insouciantes; on vient à Pra Loup pour s’amuser et surtout se montrer.

De 1980 à 1990, les pratiques se diversifient avec le boom du monoski et l’apparition du snowboard. Les techniques de damage évoluent et s’adaptent aux demandes des skieurs en quête d’apprentissage plus rapide ; progressivement les pistes bosselées  deviennent des pistes de vitesse.

Depuis la crête du col des Thuiles en revenant sur la piste du Lac, un espace est consacré aux premiers essais d’une discipline qui va permettre l’amélioration technique des skis et aux skieurs émérites de se surpasser : le kilomètre lancé.

A la fin de la décennie, une tendance s’inverse : on veut skier avant Noël ! Pour faire face aux aléas climatiques et aux exigences commerciales, les dirigeants de la station envisagent dès lors la mise en place d’un réseau de neige de culture,  alimenté par un lac créé en altitude.

Au cours de l’hiver 2000, le Figaro Magazine enquête sur les 100 plus grandes stations françaises et confère la 15ème place nationale à Pra Loup selon 3 grands critères : la qualité du domaine skiable, l’accueil des familles et l’art de vivre.

Les nouvelles tendances sont en plein essor, la pratique évolue : plus de confort, plus de plaisir, plus de sécurité. Les skieurs bénéficient des techniques des skis courts paraboliques. Les jeunes sont accros au freestyle et au freeride ; pour eux, la station est la 1ère en France à aménager des espaces rider park.

Des spectacles géants sont organisés au fil des saisons : playstation air games, Salomon& DJ… un nouveau langage codé apparaît avec le style fashion victim : baggy, nose grab, back flip, tombstone ...

Des investissements

La station se transforme et un investissement de 10 000 000 € permet la construction d'une toute nouvelle halte garderie, le réaménagement des parkings, la rénovation de la galerie commerciale, l’inauguration d'un nouveau bureau de poste.

L’office de tourisme et les points de vente des remontées mécaniques adoptent également  ce style architectural qui concilie avec harmonie l'évolution et la tradition de nos montagnes... mélèzes, ardoises naturelles et pierres.

Pour le confort des skieurs, plus de 16 000 000 € sont dédiés au remplacement du télésiège de Molanès par une télécabine 10 places inaugurée le 23 janvier 2010 et un tout nouveau télésiège débrayable 6 places relie la crête de Péguieou depuis le plateau du Clos du Serre inauguré le 20 janvier 2011.

Pour la saison 2012/2013, les nouveaux travaux entrepris à hauteur de 8 000 000 € complètent la structuration du domaine skiable en répondant au remplacement de plusieurs anciens appareils de remontées mécaniques. Les skieurs découvrent un nouveau télésiège débrayable 6 places dans le secteur des Bergeries ainsi qu’un tout nouveau tapis dédié aux débutants en front de pistes.

L'hiver 2013-2014 voit quant à lui la concrétisation de la seconde phase d'aménagement du domaine skiable avec un nouvel investissement de plus de 8 000 000 €.
Un Télémix ainsi qu'un tapis remplacent les anciens appareils en front de piste. La piste de Peguieou reprofilée et sécurisée en neige.